L’ACP, Une Approche Humaniste

 

 Approche Centrée sur la Personne… Le nom de cette approche contient le mot « personne » où l’être humain est considéré comme une personne et non traité comme un objet, analysé comme une machine, comme « l’appareil du psyché », ou réduit à son comportement et à son rendement, voire à des fonctions dans des systèmes. L’être et le paraître sont unis dans une seule expression, la personne est ainsi non divisée et acceptée dans sa globalité.

Les conditions de base de la relation centrée sur la personne reposent sur une position éthique qui conçoit l’être humain en tant que personne suivant la logique qu’elle est en même temps autonome et dépendante de la relation. Deux dimensions indissociables de la personne qui combinent  aspect individualiste et aspect « relationnaliste ».

Cette conception de l’être humain caractérise particulièrement l’œuvre de Carl Rogers où il comprend la personne comme relationnelle. C’est ainsi répondre à un autre fondamentalement autre et favoriser grâce à cette rencontre interpersonnelle l’actualisation du potentiel présent de cette personne qui se présente à nous.

Une des conséquences du fait de considérer l’être humain comme une personne est la prise de conscience qu’accepter une autre personne signifie la reconnaître véritablement comme autre. Reconnaître comme identifier, distinguer. Il  ou elle est une personne entièrement différente et pas un alter égo. La rencontre devient alors possible.

L’autre est celui ou celle qui vient vers moi, qui s’approche de moi. L’autre « entre » dans la relation.

« L’homme porte en lui la capacité de croître et la tendance à le faire, mais il a besoin de la relation pour que cette croissance puisse réellement avoir lieu « 

C’est dans la rencontre avec cet autre qui franchit le pas de la porte que quelque chose se passe, se permet ou s’interdit même. Singularités respectées, unicités et complexité de deux être humains vivant un moment partagé. Faire connaissance avec l’autre exige que nous soyons ouvert à ce qu’il nous montre, nous révèle et dévoile de lui. Dans cette perspective, la personne peut déjouer le raisonnement intellectuel incorporé qui souvent détourne du vrai ressenti. La personne acquiert une appréhension plus juste de sa personnalité et s’autorise une plus grande liberté et expression d’elle-même.

C’est ainsi faire confiance au client pour trouver son propre chemin et  être  le compagnon de route capable d’encourager une relation qui lui permette de commencer aussi timidement soit-il à se sentir en sécurité et à faire l’expérience des prémisses de l’acceptation de soi.